Le Bodywork équin

Le Bodywork équin

Publié le Publié dans Bodywork équin
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    0
    Partage

Parallèlement aux soins en Shiatsu équin, je propose des séances de Bodywork pour chevaux.
Cette méthode peut dans certains cas s’avérer plus efficace que le Shiatsu pour libérer de façon durable le cheval de ses postures.

Le Bodywork équin d’April Battles

Le terme Bodywork est très généraliste et peut désigner de nombreuses façons différentes de travailler sur le corps pour lui apporter un mieux-être. Mais Bodywork désigne généralement un ensemble de techniques de soins faisant appel au toucher, à l’énergétique et à des manipulations physiques, souvent très douces.
La méthode que j’utilise répond à ces critères : des manipulations douces pour libérer les blocages chez le cheval.

J’ai été formé à cette technique de Bodywork équin par April Battles, entraineuse américaine de chevaux d’endurance, cavalière d’endurance de haut niveau et thérapeute pour chevaux largement reconnue aux États-Unis dans le monde équin.
Celle-ci s’est inspirée des nombreuses formations qu’elle a suivies au cours de sa carrière (ostéopathie, kinésiologie, acupuncture, reiki, nutrition…) pour les syncrétiser en une méthode douce mais très efficace.

Le but essentiel est de libérer le cheval de ses postures.

Notion de posture compensatoire

En présence d’une douleur, le cheval est passé maître dans l’art de compenser, c’est-à-dire de modifier ses appuis afin de se soulager. Ce mécanisme est primordial dans la nature, car un cheval qui montre qu’il souffre sera au menu des prédateurs.
Ceci implique donc que le cheval adopte une position anormale qui, lorsqu’elle est conservée de façon chronique, s’installe sous forme de ce que l’on appelle une posture compensatoire. Ces postures vont progressivement provoquer des tensions en d’autres points du corps du cheval, qui provoqueront à leur tour d’autres troubles et donc de nouvelles postures de compensation.

Par exemple, un cheval présentant des tensions dans une épaule aura tendance à reporter son poids sur le diagonal opposé, ce qui provoquera progressivement des tensions de l’arrière-main, notamment au niveau des psoas. Le cheval aura alors plus de mal à engager les postérieurs et pourra en venir à transposer son moteur à l’avant. On observe alors un cheval très musclé de l’avant-main et beaucoup plus mince au niveau de l’arrière-main.

Au final, on pourra avoir un cheval qui va globalement plutôt bien, mais présentant des positions anormales telles que : jarrets clos, syndrome high/low, roach back (dos carpé), dissymétrie, gêne à une main précise (surtout au galop), etc.

Jarrets clos
Jarrets clos
Cheval High/Low
Cheval High/Low


Roach back (dos carpé)
Roach back (dos carpé)


Le Bodywork s’avère généralement très efficace pour libérer le cheval des postures compensatoires et permettre à son corps de retrouver toute sa dimension.

Le travail

Comme dit précédemment, le Bodywork équin consiste en des manipulations légères. Le travail énergétique et les mobilisations douces (parfois appelé « Yoga équin ») permettent une détente des fascias et des muscles sous tension qui cessent ainsi de tirer sur le squelette. Par exemple, on pourra parfois observer après la séance une encolure plus allongée qu’avant.

Impliquer le propriétaire

Considérant qu’il est important d’impliquer le propriétaire du cheval dans le bien-être de son compagnon, c’est avec plaisir que je vous montrerai quelques exercices extrêmement simples à accomplir. La réalisation régulière des ces exercices a un double avantage : d’une part ils sont bénéfiques pour le cheval, d’autre part si le cheval prend l’habitude de les réaliser, les séances de Bodywork suivantes seront plus fluides et plus efficaces.

Bénéfices pour le cheval

Comme mentionné précédemment, le travail en Bodywork consiste à libérer le cheval des postures compensatoires dans lesquelles il a pu s’installer progressivement en éliminant les tensions qui en sont à l’origine (atlas/axis, encolure, scapulas, coudes, épaules, garrot, psoas, etc.).
On pourra alors observer un cheval beaucoup plus détendu, qui retrouve sa conformation naturelle, comme s’il s’était « déployé », avec moins de gênes dans les mouvements.

Après la séance

Après une séance de Bodywork, il est important de laisser au cheval une période de 72 h sans travailler, notamment pour laisser le temps aux chaînes musculaires de prendre leur place. D’autre part, il est important de refaire parer le cheval peu après, afin d’adapter les pieds aux nouveaux aplombs issus des décompensations.


Partager !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    0
    Partage

Laisser un commentaire

Pour laisser un commentaire :

ou renseignez le formulaire ci-dessous (nom et adresse de messagerie). Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *